“Le Cap des affranchis”, une romance un peu différente

Le livre reste inondé de ce soleil, de cette luminosité de l’hémisphère sud que David Farmer sait si bien narrer. Quand il décrit des cadres, des soirées, des atmosphères, des humeurs, on se croit sur telle plage, dans telle crique, avec telle vue d’un ciel étoilé devant soi. On hume les effluves exotiques, on goûte les plats épicés, on sent les embruns iodés faire cristalliser une croûte de sel sur sa peau… C’est ça, d’ailleurs, la magie des mots, et l’auteur en est un amoureux inconditionnel

Toute ma critique sur

http://livresgay.fr/le-cap-des-affranchis-par-parisdude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.