français

Coup de projecteur… sur le Club Littéraire du Marais

© Adobestock

Le Club littéraire du Marais, dont je suis membre depuis un an quasiment, est un salon littéraire dont la mission est de rassembler et de fédérer des actrices et acteurs de la littérature LGBTQ+, que ce soient des écrivain(e)s, scénaristes, poètes, éditrices et éditeurs, journalistes et critiques littéraires etc., francophones, anglophones, de tout horizon. Nous voulons être un espace de rencontre, de discussion, de partage et de support mutuel, avec pour but une meilleure visibilité de ce genre littéraire qui nous est chère, la littérature LGBTQ+.

En temps normal – c’est-à-dire, hors confinement –, nous nous rassemblons une fois par mois dans L’imprévu Café à Paris, chaque deuxième mardi à 19h, pour discuter dans une ambiance conviviale autour d’un verre. Nous avons déjà accueilli plusieurs invités qui nous ont parlé de leurs expériences : des auteur(e)s, des critiques littéraires, etc. Nous demandons à nos membres de nous parler de leurs travaux en cours ; nous débattons de nouveaux projets pour le Club. Nous sommes présents lors de manifestations telles que le Salon du livre gay ou la cérémonie du Prix du roman gay.

Nous disposons de notre propre site web, qui décrit notre mission et publie les contributions de nos membres. À ce jour, dans la rubrique News, vous pouvez lire par exemple des interviews, des poèmes, des essais, même voir des photos. Dans la rubrique Membres, l’on trouve les dernières infos de nos membres. Une fois par mois, nous envoyons une Newsletter aux membres qui se sont inscrit(e)s pour présenter les nouveautés des uns et des autres (nouvelles parutions, critiques, projets, etc.) et pour parler des ajouts au site web.

Nous sommes en train de réfléchir activement au lancement d’une revue littéraire, en format digital pour le moment, d’une périodicité encore à décider.

Comme je l’ai raconté dans un article sur livresgay, moi et mon chéri, nous avons été invités à parler de livresgay début mars 2020, et nous avons accepté avec joie. C’est suite à cette soirée, où nous avons discuté à batons rompus avec les autres membres du Club dans une ambiance très sympathique, que nous avons rejoint le Club. Comme par la suite le premier confinement est tombé, suivi des vacances d’été, nous n’avons pas pu participer à d’autres réunions avant le mois de septembre puisqu’elles ont toutes dû être annulées. Mais j’ai aidé aidé à mettre en place la Newsletter – être graphiste peut être utile – et à trouver d’autres écrivain(e)s potentiellement intéressé(e)s à rejoindre le Club. En novembre, j’ai soumis un poème inédit que j’avais écrit en anglais voilà un petit moment et traduit en français pour l’occasion. Et depuis, je contribue à la réflexion au sujet de la revue littéraire tout en essayant de trouver de nouvelles contributions au site.

© Adobestock

Telle pourrait être, formulée de façon désinvolte, notre devise. Ou en d’autres termes, plus on est nombreux, plus on est fort, plus on est visible. Alors, pourquoi ne vous joindriez-vous pas à nous, soit en tant que membre, soit en tant que contributeur/contributrice ? Nous avons tous, dans nos tiroirs, ce poème que nous n’avons jamais eu l’occasion de publier, ce petit bout de texte, ce fragment, ce dialogue que nous n’avons pas réussi à caser dans un de nos ouvrages, cet essai que nous avons commencé puis interrompu en nous disant que personne ne voudra le lire, ces notes oubliées concernant un livre que nous avons aimé, ce récit de voyage, cette mémoire habillée en paroles, ce témoignage personnel.

Si tel est votre cas aussi, alors ressortez-les, ces bribes d’écriture, ces passages de texte que vous auriez toujours voulu voir publiés sans savoir comment faire. Ressortez-les, finalisez-les, peaufinez-les – et envoyez-les-nous ! Ils auront leur place dans un premier temps sur notre site web, puis, une fois que la revue verra le jour, dans celle-ci.

“Piège” de Christa, un excellent roman

Christa m’a gentiment pris par la main et m’a fait rentrer dans son histoire, dans son jeu, et m’a fait suivre son cheminement. Rien, dans ce roman, n’est lugubre, comme j’ai craint au début. Il n’y a point de malaise, car point de psychologismes de pacotille. La solidité de l’intrigue m’a tout de suite convaincu et piégé, si j’ose dire. Christa, tranquillement, calmement, avec une simplicité qui force l’admiration, m’a fait suivre son histoire, m’a fait tourner les pages en retenant mon souffle…

Tout mon compte-rendu dithyrambique de “Piège” de Christa Auteure sur

http://livresgay.fr/piege-de-parisdude

Poem / poème

Feeling honoured—one of my as of yet unpublished poems has been published on the website of the Club littéraire du Marais (in English and French) | Très honoré – un de mes poèmes pas encore publiés a été mis en ligne sur le site du Club littéraire du Marais (en anglais et français)

Discover it on | Découvrez-le sur

https://literarymarais.com/news/poem-sinking-feeling

“Personne à Sarajevo”, un récit poétique

Je ne saurais prétendre l’avoir réellement compris. J’entends par là, compris avec mon intellect, compris froidement, scientifiquement, si l’on veut. Pour ce qui est de l’autre compréhension, celle plus diffuse, plus intense de l’émotion, des sens, du cœur et de l’âme, c’est une tout autre histoire. Ce livre m’a tour à tour touché, intrigué, décontenancé, laissé perplexe, mais ne m’a pas lâché, de bout en bout. Il ressemble à un ovni écritural pensé et rédigé par un magicien des mots…

Toute ma critique sur

Les Prix du roman gay 2020 ont été attribués…

La proclamation du Prix du roman gay 2020, qui, l’année dernière, a donné lieu à de jolies rencontres in vivo, si j’ose dire, se déroule, confinement oblige, sur Internet cette année. En effet, j’ai reçu l’invitation voici quelques jours, et je me suis fait une petite note mentale pour ne pas louper l’événement, qui est programmé pour ce soir, mercredi 4 novembre, à 18 heures sur un canal Youtube.

Découvrez mon compte-rendu très personnel de cet événement ainsi que le palmarès complet et tout un tas de liens sur

Le joli banquier, le flic sexy, le Chinois craquant…

Eh oui, c’est le titre d’un roman que je viens de discuter sur livresgay (c’est-à-dire, c’est une partie du titre dudit livre, lequel est encore plus long). Et avis à ceux qui confondent histoire légère avec lecture légère : avec cet auteur, il faut s’accrocher. Jacques Fortin-Payen use et parfois même abuse d’un verbe très haut, entraînant ses lecteurs dans des méandres par endroits si tortueux et torturés que l’on se croirait lire du Proust, juste en mille fois plus drolatique. J’ai gloussé tel un dindon, j’ai rigolé…

Tout sur le nouveau roman de Jacques Fortin-Payen sur

“The Blue Star”, merveilleux roman de Robert Ferro

Ferro a une manière envoûtante d’utiliser les mots et crée de merveilleuses scènes atmosphériques. Son écriture semble sans effort, savante sans être pédante, parfois ornée, parfois nette et directe, en alternances parfaitement rythmées. Les personnages, même si je ne pouvais pas toujours voir les raisonnements et les raisons de leurs actions (comme s’ils étaient de vraies personnes dans la vraie vie, non ?), étaient attachants et intrigants.

Toute la critique de “The Blue Star” de Robert Ferro sur

“En aller simple” de Cédric Hermann

“En aller simple” de Cédric Hermann. C’est un très beau livre, porté par l’écriture sans fioritures, toute en phrases courtes mais bien cisellées et bien senties, de l’auteur, qui surprend à maintes reprises par de jolies petites pépites. À vrai dire, j’ai été conquis dès les premiers paragraphes…

La critique complète sur

http://livresgay.fr/en-aller-simple-de-parisdude

“Lot” a gagné le Prix Lambda 2020

J’ai été happé par ce livre, par la richesse de l’écriture, par la narration qui oscille entre l’intrigue principale et les intrigues secondaires. […] Je comprends parfaitement pourquoi le Prix Lambda a été décerné à ce livre et à cet écrivain. Bryan Washington est une voix forte dans le cosmos de la littérature contemporaine, un jeune homme qui, j’en suis sûr, a encore beaucoup de choses importantes à nous raconter.

Lire toute ma critique en français sur